Here we go again, the (French) Huffington Post goes with that title : Les élus la diversité. (Elected representatives from the diversity)

You get the photo slide as to back up their ideas. To make the story short, the only thing these representatives, PM, senators, have in common is that they are not white. Indeed, they get into that list even when most of them perfectly integrate the code to our society, i.e., are “assimilated.”

When will the media stop beating around the bush?!!

Diversity means what it means. In now way it could include only a certain kind of people. Diversity includes everybody, as different as they may be from each other.


What the media call diversity is nothing else than the people society refuse to accept as hers. A safe bet would be to speak of non-white representatives. As far as I know, it’s not an insult. It’s just a precise way to coin something that is happening anyway.

We pervade our language with the ridiculous ideas of the people who have some media influence to the extent that even an association fighting against racism, CRAN, gets to use it.

Instead of speaking of diversity, we should speak of races.

On a side note, Manuel Valls, who happens to be a foreign born minister is not included in the list. He’s from Spain.He is white.

George Pau-Langevin, who is a French born for generations, is in the list. She is Black.

George Pau Langevin, Ministre déléguée auprès du ministre de l’Éducation nationale, chargée de la Réussite éducative. Née à Pointe-à-Pitre. (Photo: Huffington Post)
Et voilà, le Huffington Post qui en ajoute une couche : Les élus de la diversité.

Diapo photo, comme pour justifier leur article. En somme, le seul point commun de ces élus est  qu’ils ne sont pas considérés comme des blancs. Pourtant nombre d’entre eux reprennent les codes nécessaires à la prétendue “assimilation.”

Quand les journaux se décideront-ils à appeler un chat un chat?

La diversité devrait comprendre tout le monde. Dans ce cas seulement, on pourrait parler de diversité.

Sinon, ceux qu’ils appellent “diversité” ne sont autres que les personnes que la société refuse de considérer comme lui appartenant. Merci, donc, de parler d’élus non-blanc. Ce n’est pas, à ma connaissance, une insulte.

En gros, restez grossiers dans vos appellations afin que la population hésite encore à les employer. On instille des idées ridicules et personne (ayant l’influence d’une personnalité publique) ou presque ne relève. Pire, le CRAN reprend le terme! Mais où va t-on?

Pour se rapprocher de la réalité de ceux qui parlent de “diversité,” je proposerais de parler de “race.”

On éviterait ainsi tout faux semblant.

Autrement, Valls y a bien plus sa place que Pau Langevin.

George Pau Langevin, Ministre déléguée auprès du ministre de l’Éducation nationale, chargée de la Réussite éducative. Née à Pointe-à-Pitre. (Photo: Huffington Post)

1 comment

Add yours
  1. 1
    Cri de la vallée

    Peut être mon point de vue est il coupé du réel mais à mon sens définir quelqu un à partir de son appartenance à la diversité est infiniment venimeux. 
    C est poser un critère qui ne positionne pas un sujet par rapport à des critères en adéquation avec sa fonction mais en lien avec une problématique qui appartient à un groupe qui tente de se justifier et, de ce fait, se pose en distance par rapport à cette “diversité” qu il prétend “intégrer”. 
    C est pour moi un non événement que Christiane Taubira soit noire de peau. Sa politique sur les conditions de vie carcérale, de réinsertion des détenus, de prévention de la délinquance sont des critères d’ évaluation. Le reste est un non événement.
    Pourtant, cette publicité autour d’une prétendue diversité vient de m éclairer sur une chose que je n avais même pas vue : après vérification, Fleur Pellerin est bien typée asiatique non ? Il semble pourtant qu on ne l intègre pas au groupe de ceux qui appartiennent à la “diversité” …. 
    Ce mot serait il alors un crypto synonyme de “brun de peau” ? 
    Qu il existe des problématiques propres à certains groupes est indéniable. Le chômage, certains métiers, les lieux de vie, …. 
    Il faut les prendre en compte et proprement les considérer. Mais quand le prisme devient celui de critères ethniques ou physiques cela s appelle du racisme. 
    Pour élargir le propos par une image triviale cela reviendrait à parler des grrrros plutôt que des modes de nutrition. 
    Hélas, à l égal des Noirs, des Arabes ou autres gros, quand on voit qu il est fréquent d’ entendre qualifier quelqu un par son homosexualité alors que par définition ça relève de l intime, on se dit qu il y a encore du chemin à faire ! 

Comments are closed.